La fête des lumières est terminée

fete-des-lumieres 2022
Temps de lecture : 4 minutes

Lors de la Fête des Lumières 2022 à Lyon, plus de 2 millions de visiteurs se sont rendus dans les rues de la ville pour découvrir le parcours lumineux et audacieux composé de 30 créations réalisées avec des LED et réparties sur 27 sites. Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a exprimé sa joie de voir autant de participants et souligné la participation de 600 enfants à la réalisation des œuvres. Le grand mix du musée des Beaux-Arts sur la place des Terreaux a été très populaire avec plus de 150 000 personnes par soir.

Grand Mix plébiscité par les spectateurs

Le studio Inook et la Fête des Lumières continuent leur collaboration. En 2022, les célèbres Anooki du duo de créateurs lyonnais ont encore une fois tapé dans l’œil. Avec Grand Mix, ils ont suscité l’enthousiasme grâce à la technologie Deep Fake qui a permis de faire interpréter à des œuvres du musée des Beaux-Arts des tubes populaires de Gainsbourg, Katerine et AC/DC. Ce spectacle est à la fois divertissant, humoristique et une belle manière de rendre hommage à la collection du musée qui sert de grand écran pour la projection vidéo.

Inook, avec Grand Mix, a remporté le plus grand nombre de votes avec 28% des suffrages. Moetu Batlle et David Passegand, créateurs des Anooki, ont été très bien accueillis. Grand Mix a été choisi pour occuper la place des Terreaux lors de la fête des Lumières. Ils ont eu une idée originale : donner vie aux oeuvres du musée des Beaux-Arts grâce aux nouvelles technologies.

À la tombée du soir, Moetu Batlle et David Passegand ont sélectionné des portraits du musée qui ont été mis à chanter grâce à la technologie du deep fake. Une expérience inédite qui a bluffé le public. Ces visages peints, habituellement immobiles, ont interprété une quinzaine de chansons, allant de Britney Spears à Dalida, en passant par ACDC ou encore Philippe Katerine. La durée du spectacle était d’environ 8 minutes. En parallèle, l’architecture des façades de la place a également pris vie au rythme des chansons. Les concepteurs des Anooki ont misé sur un « décalage historique » qui s’est avéré payant.

Le voyageur Céleste sur les quais de Saône

Jérôme Jouvray, un dessinateur lyonnais, a imaginé un touriste un peu particulier. Ce dernier arrive à Lyon à bord d’un vaisseau spatial et commence sa visite par les traboules. Maladroit, il finit par tomber dans la rivière. Pour donner vie à cette idée, Jérôme Jouvray s’est associé avec les Ateliers BK, une entreprise spécialisée dans le mapping vidéo et l’image animée à grande échelle. Ensemble, ils ont créé un projet alliant l’esprit de la bande dessinée et l’art numérique.

Time, Cathédrale Saint Jean

Les personnes qui assistent à la Fête des Lumières le savent : l’édifice le plus connu du Vieux-Lyon est parfait pour projeter des vidéos. Cette année, l’artiste espagnol Filip Roca a créé une oeuvre qui interroge le passage du temps et met en valeur la structure architecturale de la Primatiale.

Algorythm, Firefly Field, Lumignons du cœur, Parc du nombre d’or, au Parc de la tête d’or

Cette année, le site a été équipé de quatre propositions artistiques. Il a trouvé un juste milieu entre des propositions très technologiques (Agorythm et ses lumières basées sur des observations de la qualité de l’air et de la pollution sonore) et des interventions plus subtiles mais poétiques (les lucioles animées de Firefly Field). Enfin, des mises en avant remarquables de la végétation (la roseraie métamorphosée pour les Lumignons du cœur et le Parc du nombre d’or projeté sur les arbres).

Le trophée des lumières

  1. Grand Mix (musée des Beaux-Arts de Lyon / Terreaux – 1136 votes)
  2. Soi-Même (Fondation Bullukian – 551 votes)
  3. Le voyageur Céleste (Colline de Fourvière – 487 votes)