Tir sur un prêtre, une histoire d’adultère ?

eglise lyon

Le prêtre qui a été abattu à Lyon la semaine dernière avait une liaison avec la femme du principal suspect, selon les procureurs.

Nicolas Kakavelakis, 52 ans, a reçu deux balles dans l’estomac avec un fusil à canon scié alors qu’il fermait l’église grecque orthodoxe de Lyon le 31 octobre.

Il a été grièvement blessé et n’a pu parler aux enquêteurs qu’après être sorti du coma mercredi.

On a d’abord craint que l’attentat ne soit lié à la terreur, car il s’est produit quelques jours après que trois personnes aient été poignardées à mort dans une église de Nice.

Cependant, les enquêteurs ont maintenant écarté ce motif après avoir arrêté un homme de 40 ans soupçonné de tentative de meurtre.

Il s’avère être le mari d’une femme qui avait une liaison avec la victime“, a déclaré le procureur Nicolas Jacquet dans une déclaration.

Le suspect a fait des “aveux complets” après avoir été arrêté vendredi, a ajouté M. Jacquet.

Il s’agit d’un père de famille géorgien qui vivait près de l’église, selon le journal Le Parisien. Sa femme, qui serait une Russe de 35 ans, a également été arrêtée.

Le procureur a déclaré que l’enquête “continuera à établir le mobile et le déroulement exact des faits”.

M. Kakavelakis avait été prêtre dans l’église du 7ème arrondissement de Lyon pendant 10 ans mais a remis sa démission le mois dernier.