Le jardin botanique du Parc de la Tête d’Or

Jardin botanique Lyon
Temps de lecture : 5 minutes

Le Jardin Botanique de Lyon est le plus grand jardin public municipal de France, avec la plus grande variété de plantes. L’entrée est gratuite et permet aux visiteurs d’accéder à un site de huit hectares comprenant onze jardins à thème, d’impressionnantes serres du XIXe siècle, des plantes du monde entier et d’importantes collections nationales. Il est situé dans le Parc de la Tête d’Or de 117 hectares, sur les rives du Rhône, au centre de la ville.

Des serres monumentales

En hiver, les serres sont un merveilleux moyen de profiter d’une visite du jardin. À Lyon, la Grande Serre, véritable cathédrale de verre et d’acier, est, avec ses 21 mètres, l’une des plus hautes de France. Construite en 1880, elle a été reconstruite en 2000 et fermée pendant trois mois l’hiver dernier pour de nouveaux travaux de rénovation. Il est désormais ouvert au public tous les jours de l’année.

Les Grandes Serres sont divisées en trois parties. Dans la partie centrale, les températures ne descendent jamais en dessous de 18°C et on y trouve des espèces d’Afrique, d’Australasie et d’Amérique du Sud. Dans une partie plus chaude et humide, on trouve de nombreuses plantes des départements et territoires d’outre-mer français et la troisième partie est consacrée à la collection de camélias qui offrent un spectacle magnifique lorsqu’ils fleurissent à partir de février environ.

Ils pourraient vivre à l’extérieur sous notre climat, mais c’est ici qu’ils ont été plantés à l’origine, et ils ont donc été laissés ici. De nombreuses plantes sous serre sont des exemples de celles utilisées par l’homme, soit comme nourriture, comme les caféiers et les cacaoyers, soit comme parfums et médicaments.

Il existe d’autres serres, mais comme elles sont plus petites, elles restent fermées pour l’instant en raison des restrictions du Covid-19 :

L’une d’elles est ronde, de la forme du nénuphar pour lequel elle a été construite, le célèbre nénuphar Victoria, qui était la plante que tous les grands jardins se devaient d’avoir au 19e siècle, introduite en Europe par les Britanniques et nommée d’après leur reine. Depuis son introduction, il a été replanté chaque année car il s’agit d’une plante annuelle. Parmi les autres plantes aquatiques, on trouve la Pelliciera rhizophorae qui est si rare qu’elle n’est cultivée qu’aux jardins de Lyon et de Kew à Londres.

Une autre serre est consacrée aux plantes carnivores et une troisième montre la grande variété de la végétation sud-africaine avec 1 500 plantes différentes, dont une collection de pélargoniums, qui sont pour la plupart originaires d’Afrique du Sud. Ils sont populaires comme plantes annuelles en Europe, mais sont souvent appelés par erreur géraniums.

Des jardins à thèmes

Jardin botanique lyon

À l’extérieur, il y a un jardin d’hiver, créé en 1964 par le directeur des jardins de l’époque, Paul Berthet, afin d’apporter de la couleur pendant les mois les plus froids. Il y a environ 80 espèces qui fleurissent soit d’octobre à février, soit de mars à avril, et elles peuvent toutes résister à des températures allant jusqu’à -15°C.

Les autres jardins à thème sont les jardins alpin, mexicain, le jardin d’ombre, le jardin d’insectes, les vignes, les pivoines, les fleurs, les bambous, un arboretum et la roseraie historique. Bien que cette dernière ne soit pas aussi intéressante en hiver, elle mérite une visite plus tard dans l’année car elle retrace l’histoire du développement de cette plante dans la ville qui a été pionnière dans la recherche de nouvelles variétés et lui a valu le nom de capitale de la rose. Entre 1869 et 1914, on estime que 60% des roses du monde de l’époque ont été créées à Lyon.

jardin parc de la tete d'or

Le jardin floral est également intéressant car il montre que Lyon a été pionnière dans la recherche sur les plantes dans le passé et continue de l’être aujourd’hui. Le Jardin Botanique de Lyon travaille avec des producteurs et plante dans ce jardin, en mai, de nouvelles variétés expérimentales de plantes à fleurs, principalement des annuelles, et si les essais sont concluants, elles peuvent être mises en vente au public, deux ou trois ans plus tard.

Le Jardin botanique de Lyon est l’un des trente jardins membres de l’association Jardins botaniques de France et des pays francophones.
Un jardin botanique est défini comme un jardin qui possède des collections documentées de plantes vivantes qui ne sont pas là pour leur valeur esthétique, mais pour la recherche, la conservation, l’exposition et l’éducation.

Les jardins botaniques partagent des informations et échangent des graines et des plantes. A Lyon, 40 personnes travaillent dans les jardins. Vingt sont des jardiniers, les autres sont des scientifiques, des guides et quelques administrateurs. Faire connaître leurs collections au grand public fait partie de leur travail :

« Nous savons qu’environ 8000 personnes viennent par an en voyage organisé, mais il est impossible de connaître le nombre total de visiteurs car l’entrée étant gratuite, il n’y a pas de trace. Malheureusement, la visite des jardins n’est pas encore une partie aussi importante de la culture en France qu’au Royaume-Uni et nous ne sommes pas en mesure d’attirer autant de monde que les jardins de la RHS à Wisley (un million de visiteurs par an). Parfois, les gens pensent que nous ne sommes qu’une partie du Parc de la Tête d’Or et ne réalisent pas que nous avons tant de plantes rares, exotiques et fascinantes à découvrir. »