Interview Nabil Fekir

Nabil Fekir
Temps de lecture : 8 minutes

Assez discret depuis ses débuts en professionnel du côté de l’OL, Nabil Fekir, à présent joueur du Real Seville, en Espagne, a délivré une excellente interview au Guardian en début de semaine. Nous nous en faisons l’echo et espérons vivement que vous apprécierez. Il y parle des fautes qu’il subit, du choix de la France plutôt que de l’Algérie et du transfert avorté à Liverpool.

Nabil Fekir franchit la porte en short et claquettes et s’installe sur une chaise. Cherchez un footballeur qui se fait botter comme lui et il n’y en a aucun nulle part. De tous les joueurs de La Liga, de tous les joueurs des cinq grands championnats du continent, c’est lui qui a subi le plus de fautes la saison dernière.

« Parfois, il est difficile de rester calme, bien que cela fasse partie de votre travail« , concède-t-il. 4 cartons rouges sur sa personne depuis qu’il a rejoint le Real Betis en 2019 !D’ailleurs soucieux de son joueur, son entraîneur, Manuel Pellegrini, a haussé le ton, admettant qu’il a encouragé Fekir à lâcher le ballon plus tôt « parce que sinon, sur 10 mouvements, il va se faire frapper dans huit ». Mais, selon Pellegrini, « il a un certain style : il aime jouer et apprécie le contact« . Quant au Français, il en redemande toujours plus. « C’est mon jeu. Je dribble. J’ai besoin du ballon. Donc on fait souvent des fautes sur moi. Pas de problème.« 

Il y a une raison pour laquelle on lui accorde une certaine liberté. Il a marqué ou assisté 50 buts depuis qu’il a rejoint le Betis, à deux chiffres pour les deux la saison dernière, une saison au cours de laquelle seuls trois joueurs en Europe ont donné plus de passes décisives. En Liga, seul Iker Muniain s’est créé plus d’occasions et seul Rubén García a effectué plus de passes dans la surface. Toutes compétitions confondues, aucun milieu de terrain en Europe n’a tenté ou réalisé plus de dribbles.

Et ce n’est pas tout puisque le joueur français a enfin pu soulever un trophé. Une première victoire en Copa del Rey pour le Betis en 17 ans, seulement le quatrième trophée de son histoire – « une nuit merveilleuse » . « Il a de la personnalité, c’est un gars simple qui ne se prend pas du tout pour une star. Il écoute et s’améliore« , a déclaré Pellegrini alors que le Betis se préparait pour cette finale. « Jouer lui vient si facilement. C’est un plaisir de l’entraîner et je ne comprends pas pourquoi il n’est pas dans un très grand club, car il le mérite certainement.« 

Cette phrase a suscité une question évidente et, à son tour, une réponse tout aussi évidente, Pellegrini craquant. Est-ce que vous lui dites ça ? Lui dites-vous que vous devriez être à Barcelone, au Bayern, à City ou ailleurs ? « Non, parce que je ne veux pas qu’il quitte le Betis. »

Et personne d’autre ne le souhaite. Il y a quelque chose chez Fekir qui est différent mais qui correspond à la philosophie d’un club qui embrasse le plaisir, l’un des grands attraits de la Liga à l’aube d’une nouvelle saison. Avec lui, le football est plus beau, c’est certain. Mais qu’en est-il pour lui ? Après tout, cela peut être une affaire étouffante et sérieuse. Et douloureuse aussi, il le sait. « Du plaisir ? Oui, oui, toujours« , dit-il doucement, sans se presser, ce qui est sa façon de dire la plupart des choses. « Il y a de la pression, ça peut dépendre des moments, mais si on ne s’amuse pas…« . La seule chose qui change, c’est l’expérience : J’ai 29 ans, je ne vais pas jouer exactement comme à 19 ans. Je cours avec ma tête, mais dans le fond, je n’ai pas changé.« 

Deux des frères de Nabil jouent au football amateur, tandis que Yassin, de quatre ans son cadet, fait partie de l’équipe B du Betis. « Je pense qu’il est très bon ! » dit-il. « Je ne sais pas si je suis objectif mais il est très bon. Il est comme moi, mais droitier. Mon père travaillait dans une usine de métal. Ma mère travaillait dans une crèche, s’occupant des enfants. Ils m’ont toujours dit de travailler dur à l’école. Je n’avais que le football en tête. Et, Dieu merci, j’y suis arrivé.« 

Si vous ne l’aviez pas fait ? « Je ne sais pas. Je n’avais qu’une seule idée en tête : être footballeur. Et après ma retraite, honnêtement, je ne sais pas ce que je ferai. Je ne me vois pas en tant qu’entraîneur, mais les joueurs disent toujours cela et ensuite ils y arrivent … c’est parce que nous aimons vraiment le football. Nous avons passé toute notre vie dans le football et ensuite nous ne savons pas quoi faire. Je ne sais pas si je jouerai encore à 41 ans, comme Joaquín, mais j’aimerais bien. Nous le voudrions tous. Pour l’instant, je joue : mais le jour viendra.

« J’étais un enfant de condition modeste à Lyon, qui ne pensait qu’à s’amuser sur le terrain avec mes amis. Je voulais gagner mais sans me poser de questions ni me demander ce que je deviendrais. On jouait dans le quartier – et je pense que c’est pour cela que j’ai un jeu qui est dit ‘de rue’.« 

C’est un profil qui est en train de se perdre. « Oui, c’est possible« , dit Fekir. « Quand vous allez dans une académie, il y a beaucoup de structure. J’ai davantage joué dans des équipes locales où les entraîneurs vous laissent faire ce que vous voulez ; cela vous donne une liberté qui a été importante pour moi.« 

Fekir a bien rejoint l’académie de Lyon à l’âge de 12 ans – « C’était très dur au début » – mais il est reparti deux ans plus tard. « Je ne me souviens pas pourquoi, il n’y avait pas de raison spécifique. Et quatre ans plus tard, ils ont sonné à nouveau. » Qu’est-ce qui avait changé ? « Je ne sais pas. Peut-être ont-ils réalisé qu’ils avaient fait une erreur. Je suis parti, je suis allé dans des équipes locales. Je n’étais pas en colère, car j’aime le football. Peu importait que ce soit Lyon ou un autre club, je voulais juste jouer. Je suis allé dans un club de quartier et j’y ai pris beaucoup de plaisir.« 

Fekir allait finir par devenir le capitaine d’une équipe lyonnaise émergente et talentueuse – Memphis Depay, Samuel Umtiti, Anthony Martial – et un appel est venu de l’équipe de France lors de la même pause internationale au cours de laquelle il avait été choisi pour la première fois pour la sélection algérienne. « Cela a été très dur pour moi« , dit-il. « Mon père est arrivé en France l’année précédant ma naissance ; ma mère est algérienne mais était là depuis plus longtemps. Tous les ans ou presque, j’allais en Algérie. Je me sens français et algérien.« 

Y a-t-il des gens qui ne comprennent pas cela ? Qui sont un peu … Fekir complète la question : « … fermés ? Oui. Oui. Et cela complique les choses. Certaines personnes ne comprennent pas qu’on peut avoir la double nationalité, qu’on peut aimer deux pays à la fois, vous savez ? C’était difficile pour moi. J’étais jeune. Beaucoup de gens disaient France, beaucoup disaient Algérie. Finalement, j’ai choisi la France, mais ce furent des moments très, très durs. C’est la vie. Je ne regrette rien de ce que j’ai fait« .

La première personne à qui Fekir l’a dit est son père. « Il ne voulait pas. C’est normal. Je le comprends parfaitement. Il a toute sa famille là-bas, il a grandi là-bas. Toute sa vie est là-bas. Cela lui a fait un peu mal quand j’ai choisi la France. Mais c’est la vie : il y a des décisions, et c’était la mienne. J’en prends la responsabilité.« 

Et maintenant vous êtes champion du monde. Il y a un sourire. « Pas mal.« 

« La foi est importante pour moi : tout est entre les mains de Dieu, donc je ne m’inquiète pas« , dit Fekir. De quoi ? « N’importe quoi. » Y compris le transfert à Liverpool qui a échoué à l’été 2018 ? La suggestion était que Fekir avait échoué à un examen médical en raison d’un problème de genou, mais il dit que c’est faux. Il rejette également les accusations de l’agent Jean Pierre Bernès selon lesquelles il s’est effondré à cause de l’implication de sa famille.

« J’ai eu un problème avec mon agent, c’est tout. Très simple. Les choses n’étaient pas claires, vous savez. Entre lui et moi. Je ne veux pas entrer dans les détails mais c’était un problème entre mon agent et moi. Les gens ont ensuite dit que c’était mon genou ou je-ne-sais-quoi mais c’est juste une excuse. Je sais ce qui s’est réellement passé. » Un autre sourire. « Il n’est plus mon agent.« 

« Je crois au destin, vous savez. Si je n’ai pas signé à Liverpool, c’est parce que Betis m’attendait ici. C’est une belle ville, avec cet esprit arabe, un club spécial. C’est la vie. Je ne regrette rien. Je ne pense pas beaucoup à l’avenir. Je vis simplement chaque jour et j’essaie d’en profiter, de jouer.« 

Source : The Guardian
https://www.theguardian.com/football/2022/aug/14/nabil-fekir-i-was-a-kid-in-lyon-who-only-thought-about-having-fun-on-the-pitch